News

Juin 01

POUR LA MUSIQUE, C’EST PAR ICI

LE HÄMMELSMARSCH DU 9 AU 11 JUIN ET DU 13 AU 15 OCTOBRE

Les habitants qui vivent ici depuis un moment le savent très bien : quand les membres de la Walfer Musek défilent dans les rues avec leurs instruments et sonnent aux portes, c’est indubitablement le moment du Hämmelsmarsch. À cette occasion, les musiciens entretiennent une vielle tradition luxembourgeoise. Mais c’est aussi un évènement important, qui sert à collecter des dons et à renflouer les caisses de l’association. Ce sera à nouveau le cas le week-end du 9 au 11 juin. Voici un aperçu de la grande histoire du Hämmelsmarsch et des petites histoires qui l’accompagnent.

Le Hämmelsmarsch est une mélodie populaire, transmise d’une génération à l’autre, dont le compositeur est inconnu. Il est supposé qu’il s’agit d’une ancienne marche de procession, que les musiciens interprétaient à Luxembourg-Ville, à la fin du Moyen-Âge, pour annoncer un concours de tir organisé dans le cadre de la « Schueberfouer ». Le premier prix de ce concours était en effet un mouton, Hammel en luxembourgeois. Depuis, le Hämmelsmarsch est un composant incontournable de chaque véritable kermesse luxembourgeoise. À chaque fois, la fanfare locale défile dans les rues, interprète la mélodie et fait la collecte au profit de l’association.

À Walferdange, le Hämmelsmarsch résonne depuis les débuts de l’Harmonie Grand-Ducale Marie-Adelaïde, le nom officiel de la Walfer Musek, donc depuis plus de cent ans. Pour le président Fred Ferron, cela fait quatre décennies qu’il participe au défilé de son harmonie dans les rues, deux fois par an. Il se souvient en particulier des années 1980. À l’époque, les musiciens portaient parfois de véritables tenues de bergers et ils étaient accompagnés d’un mouton pour sillonner la localité. Cette présence animalière n’était toutefois pas vraiment une réussite. « Il s’est avéré que les moutons n’aiment pas trop courir », se souvient Fred Ferron en souriant. « D’ailleurs, ils ne sont pas faits pour ça. Il était impossible de parcourir plus de deux rues. Même si les enfants adoraient venir caresser l’animal. » Aujourd’hui, le défilé se déroule sans mouton, mais avec beaucoup de passion et d’engagement de la part de l’ensemble des membres de la société musicale.

 

« Le Hämmelsmarsch favorise la cohésion », affirme Fred Ferron. Pour les jeunes musiciens, c’est même une petite aventure et l’occasion de montrer ce qu’ils savent faire. « La mélodie est assez facile, explique le président, même des débutants peuvent l’apprendre rapidement. » C’est également un grand moment pour les habitants. À chaque fois que les musiciens se présentent dans une rue, les enfants ne tardent pas à se réunir autour d’eux.

 

Les équipes parcourent toute la commune pendant trois jours. Mieux vaut ne pas manquer de souffle. Ce qui n’est généralement pas un problème pour des adeptes d’instruments à vent. Néanmoins, le Hämmelsmarsch est un exercice éprouvant et, selon la taille des instruments, une véritable épreuve de force. « À la fin, on est plutôt lessivé », confirme le président de l’association. Pour leur permettre de mieux tenir le coup, il est d’usage d’offrir à boire aux musiciens en chemin. Autrefois, il était fréquent que les boissons offertes soient fortement alcoolisées. Fred Ferron se souvient que l’interprétation de la mélodie devenait alors plus approximative en fin de parcours.

 

Une collecte au profit du travail associatif de la Walfer Musek

 

Tout le monde y va toujours à fond la caisse pour le Hämmelsmarsch. Peu importe la météo ! C’est une question d’honneur. Alors que les instruments à vent résistent plutôt bien à la pluie, cette dernière peut toutefois être fatale aux clarinettes et aux flûtes en bois. C’est pourquoi les instruments les plus sensibles sont revêtus d’une protection, pour faire face à des conditions météorologiques particulièrement défavorables.

Les musiciens espèrent en revanche un accueil favorable de la part des habitants. En effet, pour les sociétés musicales, le Hämmelsmarsch est un moment important pour alimenter leurs caisses. Les recettes de la collecte sont destinées au travail associatif et représentent plus de la moitié du budget de la Walfer Musek. Cette base financière est indispensable pour maintenir les multiples activités de l’association. Mais, ces dernières années, les membres ont constaté que les recettes laissaient à désirer. La tradition du Hämmelsmarsch semble moins bien ancrée dans la vie locale. De nombreux habitants n’ouvrent même plus quand les musiciens sonnent à leur porte, peut-être parce qu’ils croient avoir affaire à des demandeurs malhonnêtes. « Nous aimerions que cet élément de notre tradition retrouve un peu de sa notoriété d’antan », annonce Fred Ferron. « À cet effet, toute aide est la bienvenue. »

Dans vos rues

Comme le veut la tradition, l’Harmonie Grand-Ducale Marie-Adelaïde de Walferdange passera dans les rues de votre quartier pour vous interpréter le Hämmelsmarsch.

Vendredi 9.6.2017 à partir de 18 heures à Bereldange (cité Grand-Duc Jean, rue de Steinsel et d’Elterstrachen, Op der Tonn), Walferdange (rue Josy Welter, rue de l’Église, rue de Dommeldange, rue des Chemins de fer et op der Hiel).

Samedi 10.6.2017 à partir de 9 heures à Helmsange (Op der Tonn, Neidierfchen) et à partir de 13.30 heures à Bereldange à partir du Becheler.

Dimanche 11.6.2017 à partir de 9 heures à Helmsange et au Sonnebierg.

Merci pour votre soutien financier.

Avis aux amateurs de musique

La société se réjouit de chaque nouvelle recrue, qui aimerait venir renforcer l’harmonie. Les répétitions ont lieu chaque vendredi, de 20 à 22 heures, au Centre Princesse Amélie. Pour de plus amples informations : www.walfer-musek.lu

Encore un rendez-vous à ne pas manquer :

Le 1er et 2 juillet, la Walfer Musek organise au Centre Prince Henri une grande fête de l’été ayant pour sujet « USA in the spotlight ».